Feeds:
Articles
Commentaires

Communiqué du 29 novembre 2013

Selon l’article paru dans la  République du centre  du mardi 23 novembre,  aucune avenue et rue du quartier de La Source ne figure dans la liste des rues prioritaires pour un déneigement rapide dans le cadre du plan hivernal de la Ville.

Les axes devant être rapidement déneigés figurent dans les classes A et B, la classe B  concernant  les voies empruntées par les bus TAO.

Il faut en déduire que les avenues de La Bolière, Kennedy, Concyr, de la Recherche scientifique ainsi que les rues Balzac, Rodin, Buffon n’ont pas vocation à être déneigées rapidement bien qu’elles soient des axes de circulation importants sur La Source et que de nombreux bus TAO y circulent !

La Source ne fait donc pas partie d’Orléans dans le cadre de ce plan de déneigement ? Il semble que ce soit le cas pour la municipalité en place et que  l’adjoint chargé du quartier de La Source ne s’en soit pas vraiment préoccupé.

Les rues de La Source visiblement sont considérées comme des voies classées en classe C ( faubourg ) et D ( voies de proximité ).

La majorité municipale a vraiment peu de mémoire. Depuis une dizaine d’années des épisodes neigeux ont régulièrement paralysé notre quartier obligeant les gens à abandonner leur voitures sur places.

Nous rappelons donc à la majorité municipale que notre quartier comporte 17 000 habitants auxquels s’ajoutent 11 000 étudiants, de nombreuses entreprises et un pôle important de recherche.

Nous rappelons aussi que les habitants de La Source payent aussi des impôts comme tous les habitants d’Orléans en sachant qu’ils sont même assez élevés dans notre quartier !

Nous sommes donc consternés par le manque de considération de la municipalité en place pour les habitants du quartier et demandons que les principales voies de circulation de la Source soient considérées comme des axes prioritaires pour le déneigement dans le cadre du plan hivernal de la Ville d’Orléans

 

Ghislaine KOUNOWSKI                                               François REISSER

Publicités

Voici les dates des permanences des élus socialistes, verts et apparentés dans les mairies de proximité d’Orléans, pour les prochaines semaines :

Michel Brard, à la mairie de St-Marceau

  • le samedi 21 septembre, de 9h30 à 11h30
  • le samedi 19 octobre, de 9h30 à 11h30
  • le samedi 16 novembre, de 9h30 à 11h30
  • le samedi 14 décembre, de 9h30 à 11h30

Ghislaine Kounowski, à la mairie de La Source :

  • le samedi 26 octobre, de 9h30 à 11h
  • le samedi 23 novembre, de 9h30 à 11h
  • le samedi 21 décembre, de 9h30 à 11h

Il est aussi possible de prendre rendez-vous avec les élus de l’opposition

  • en leur écrivant à : Bureau de l’opposition, Mairie d’Orléans, Place de l’Etape, 45000 ORLEANS
  • par courrier électronique à elus.orleans@laposte.net
  • par téléphone au 02 38 79 27 32

coligny2013

Communiqué du 2 août 2013

Malheureusement pour eux, les habitants de la ZAC Coligny sont plus habitués aux fermetures de commerces qu’aux ouvertures de boutiques.

Dernier exemple en date, le restaurant de pâtes « Mezzo di pasta » vient de mettre définitivement la clef sous la porte.

Après les fermetures en 2010 de « Pain et friandises » et du « Petit casino », qui n’ont jamais été remplacés, après la disparition de la boutique de l’écrivain public, c’est le 4e local commercial qui se retrouve vide. Sans compter les 3 locaux commerciaux qui n’ont jamais trouvé preneurs.

Il ne reste plus, place Gaspard de Coligny et dans ses alentours, que la boulangerie traditionnelle, le coiffeur, la sandwicherie, et le tabac-presse, soit 4 commerces qui essayent de se maintenir vaille que vaille et 7 locaux désespérément vides. Cela fait bien peu pour la « City orléanaise » tant vantée par la municipalité sortante, avec ses dizaines de milliers de mètres carrés de bureaux et ses centaines de logements. Faute de mieux, les habitants restent donc … sur leur faim.

Face à ce flop, que fait la mairie ? Rien !

A chaque fois que l’opposition municipale l’a interpellée à ce sujet, la majorité sortante a botté en touche, laissant aux promoteurs immobiliers le choix de décider de l’avenir de ce quartier.

La municipalité actuelle a également multiplié les promesses apaisantes et les annonces rassurantes. Alors que tous les logements sont aujourd’hui loin d’être terminés, Olivier Carré prophétisait la fin du chantier pour 2012 (La République du Centre, 27-07-2010). Il précisait même, péremptoire, que « la restauration rapide fonctionnait bien ». A l’heure où « Mezzo di pasta » ferme ses portes, cette affirmation ne manque pas de saveur.

Concernant la supérette « Petit casino », dont la réouverture est attendue avec impatience par les habitants du quartier, M. Foussier, adjoint au commerce affirmait, pour sa part, « J’y travaille ! ». C’était il y a 3 ans… Depuis, toujours rien !

En 2009, on nous indiquait que la résidence séniors ouvrirait en 2011, et que grâce à elle, tout irait mieux. A ce jour, elle n’est toujours pas ouverte. On nous y annonçait, en rez-de-chaussée, 10 locaux commerciaux (La République du Centre, 16-10-2009). Compte tenu du contexte, cette prévision est-elle encore d’actualité ? Comment imaginer que ces locaux commerciaux seront, un jour, occupés ?

Rappelons également, pour mémoire, toutes les remarques faites au fil des années sur un aménagement vraiment bâclé de l’espace public:

  • le nombre insuffisant de parkings pour les commerces ;
  • une place à étage avec un ascenseur qui n’a quasiment jamais fonctionné et qui impose aux personnes à mobilité réduite ou aux parents avec poussettes de faire 200m de détour,
  • des pavés qui, très rapidement, se sont fortement dégradés.

A quelques mois des élections municipales, la mairie a, enfin, envoyé une entreprise, pour refaire la place, reposer les mêmes pavés, et faire fonctionner l’ascenseur. Pour combien de temps ?

Comme l’opposition municipale le soulignait dès 2004, la majorité UMP n’a pas créé un quartier. Elle a laissé faire les promoteurs et les aménageurs, au gré de leurs intérêts financiers et des aléas de la conjoncture. La ZAC Coligny est ainsi devenue une froide juxtaposition de bureaux et d’immeubles-dortoirs, qui ne fait guère rêver.

Il manque à ce secteur une âme, une couleur, une vision politique du vivre ensemble et, bien sûr, des commerces de proximité.

En fait d’urbanisme, la majorité sortante a inventé la Zone d’Aménagement sans Commerce. Une expérience à ne surtout pas renouveler !

Corinne Leveleux-Teixeira
pour le Groupe « Socialistes, Verts et apparentés »

Voici les dates des permanences des élus socialistes, verts et apparentés dans les mairies de proximité d’Orléans, pour les prochaines semaines :

Michel Brard, à la mairie de St-Marceau

  • le samedi 25 mai, de 9h30 à 11h30
  • le samedi 15 juin, de 9h30 à 11h30

Ghislaine Kounowski, à la mairie de La Source :

  • le samedi 8 juin, de 9h30 à 11h
  • le samedi 6 juillet, de 9h30 à 11h

kounowski1Communiqué du 24 avril 2013

L’annonce du départ de Monsieur Bernard Faivre d’Arcier de la présidence du Centre Chorégraphique National (CCN) suite à l’attitude scandaleuse de la Mairie d’Orléans est une catastrophe pour cette structure de création et de diffusion mais aussi le signe de l’ambiance délétère que la Mairie d’ Orléans fait régner dans le monde de la culture orléanaise.

Monsieur Faivre d’Arcier, dont la candidature avait été proposée par la DRAC a été désigné en février 2013 à une large majorité comme président suite à un vote en Assemblée générale tout fait conforme avec le quorum atteint.

Monsieur Faivre d’Arcier est reconnu pour sa notoriété dans le monde culturel national et sa parfaite connaissance des réseaux et instances culturelles nationales et internationales. Son élection comme président du CCN ne pouvait être qu’un atout de poids pour l’activité de cette structure et le rayonnement culturel de la ville d’Orléans.

L’attitude de la ville d’Orléans, en boycottant le conseil d’administration du CCN de lundi dernier est inacceptable. Signifier de cette façon son désaccord avec la désignation de Monsieur Faivre d’Arcier comme président est grave pour plusieurs raisons.

  • La ville se permet d’interférer de façon très brutale dans le processus démocratique de renouvellement du président du CCN. Cela manifeste un profond mépris pour le fonctionnement démocratique de cette structure. La mairie d’Orléans n’a-t-elle pas apprécié la non-élection de l’autre candidat à la présidence, Madame Martin, épouse de l’adjoint aux finances de la Ville ?
  • Cette attitude fragilise le CCN et aussi son avenir. La mairie d’Orléans démontre son incapacité à initier une politique culturelle d’envergure. Suite aux récentes assises de la Culture, la ville d’Orléans avait signifié sa volonté de soutien à la création. Le CCN avec la présence de Joseph Nadj est au cœur de cette création à Orléans. L’attitude actuelle de la mairie envers le CCN va à l’opposé de ce soutien à la création et cela démontre malheureusement que ces assises de la culture ne servent en réalité à rien !
  • Le départ de Monsieur Faivre d’Arcier est aussi une catastrophe pour l’image de la Ville d’Orléans. Le maire d’Orléans répète inlassablement sa volonté de rayonnement de la Ville. Il démontre dans cette affaire sa grande  capacité à faire fuir des personnalités du monde de la culture de sa ville.

Cette affaire est vraiment regrettable pour le CCN, pour la culture à Orléans avec le risque d’impacter l’image et l’avenir culturel de notre ville.

Nous condamnons l’attitude de la ville d’Orléans et dénonçons son manque d’ambition culturel et son double discours donnant l’illusion d’un soutien à la création et à la culture !

Ghislaine KOUNOWSKI

kounowski1Communiqué du 18 avril 2013

Le 26 mars 2013, la CRPS  (Commission Régionale du Patrimoine et des Sites) s’est prononcée pour l’inscription accompagné d’un vœu de classement du bâtiment EDF situé avenue de Concyr en face du BRGM.

Ce bâtiment qui a été construit dans les années 60 par l’Atelier de Montrouge à la demande de l’EDF a une architecture remarquable qui fait partie intégrante du paysage urbain sourcien. Il est aussi très représentatif de tout un courant architectural qui a marqué les constructions de certains bâtiments administratifs et industriels dans les années 1960-1970.

Ce bâtiment est d’ailleurs souvent cité lorsque l’on évoque les réalisations de l’Atelier de Montrouge qui reçût le Grand Prix national de l’Architecture et auquel fût consacré une grande exposition sur l’ensemble de ces travaux en mars 2008 à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine.

Ce bâtiment est donc un élément architectural marquant du quartier de La Source qui s’est développé dans les années 1960-70. Il fait partie intégrante de l’histoire de son urbanisme, du patrimoine architectural orléanais… et aussi du patrimoine architectural national.

Cette demande de classement est donc une très bonne nouvelle pour le quartier de la source mais aussi pour la ville d’Orléans !

Il aurait été vraiment regrettable que ce bâtiment disparaisse (comme cela avait été évoqué en réunion de quartier il y a un an !) en sachant qu’Orléans est une ville qui possède peu de bâtiments de cette qualité architecturale datant du 20ème siècle.

Orléans  » Ville d’art et d’histoire « , et pourtant l’attitude de la Ville d’Orléans à l’égard de ce type d’architecture témoigne d’une totale ignorance et d’un manque d’intérêt ou de connaissance de ce type de bâtiments.

Elle doit développer une politique patrimoniale qui valorise aussi le patrimoine industriel orléanais en initiant des projets de réhabilitation, donnant une nouvelle vie à ce type de bâtiment comme l’ont déjà fait des villes de l’est de Paris ou du nord de la France qui ont eu des politiques très volontaristes pour la défense de leur patrimoine industriel . (Montreuil, Lille, Arras, etc.)

Quelle opportunité pour le quartier de La Source ! La réhabilitation de ce bâtiment permettrait de lui donner une nouvelle destination, un nouveau lieu de vie pour le quartier. Quel projet pour ce bâtiment ? Il doit être issu d’une concertation avec les habitants et les associations du quartier et la ville d’Orléans : nouveau lieu de culture ? musée ? ateliers d’artiste ? …, un nouveau défi pour le quartier de la Source !

Ghislaine Kounowski

Voici les dates des permanences des élus socialistes, verts et apparentés dans les mairies de proximité d’Orléans, pour les prochaines semaines :

Philippe Deloire, à la mairie de la Madeleine :

  • le samedi 6 avril, de 10h à 12h
  • le samedi 4 mai, de 10h à 12h

Michel Brard, à la mairie de St-Marceau

  • le samedi 6 avril, de 9h30 à 11h30
  • le samedi 25 mai, de 9h30 à 11h30
  • le samedi 15 juin, de 9h30 à 11h30

Ghislaine Kounowski, à la mairie de La Source :

  • le samedi 13 avril, de 9h30 à 11h